22/07/2006

 Dans la forêt sans heures

Dans la forêt sans heures

On abat un grand arbre.

Un vide vertical

Tremble en forme de fût

Près du tronc étendu.

Cherchez, cherchez, oiseaux,

La place de vos nids

Dans ce haut souvenir

Tant qu’il murmure encore.

 

JuIes Supervielle

00:26 Écrit par Animusiques dans poésies | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Très belle forêt.... ...et très beau site que voici. Tu travailles dans le milieu ou c'est simplement une passion?

Écrit par : Le p'tit randonneur | 23/07/2006

Triste mais ô combien réaliste ! Quand je vois un arbre couché, j'ai un pincement au coeur car je me dis aussi qu'il abritait pas mas de petits logeurs !
C'est tellement beau et grand et fort un arbre. Il lui a fallu tant d'années avant d'arriver à un pareil résultat et puis, "presque" d'un claquement de doigt, il n'est plus là !
Dommage !
Naturement vôtre,
Michelle.

Écrit par : Michelle | 24/07/2006

Les commentaires sont fermés.